Accueil > Soins > Andropause. Comment passer le cap ?

Andropause. Comment passer le cap ?

Envoyer Imprimer

Pesticides et système hormonal

pesticides Désormais le doute n’est plus permis : notre environnement industrialisé producteur de xéno-œstrogènes (œstrogènes extérieurs à notre corps), issus de la pollution est en grande partie responsable des affections de la prostate, des pathologies de la reproduction et de la sexualité qui touchent de plus en plus fréquemment les hommes à partir de la quarantaine.

Parallèlement, des études récentes ont mis en évidence les dangers des traitements hormonaux substitutifs. Et montré la relative inefficacité des progestatifs de synthèse qui ont révélé leurs limites. Sans parler de leurs effets secondaires en particulier sur le volume de l’éjaculation et les dysfonctionnements érectiles. Et si la solution se trouvait dans la progestérone naturelle bio-compatible ? Et s’il suffisait de se tourner vers le règne végétal pour soulager, voire guérir, les symptômes de l’andropause avec leur chapelet de contrariétés physiques et de troubles tels les insomnies liées aux levées nocturnes et à l’HBP (hypertrophie bénigne de la prostate).

La tomate cuite : l'alliée de l'andropause.

tomateLes végétaux de couleur rouge tels la tomate, la pastèque, le pamplemousse rose, la papaye ou la goyave renferment un pigment de la famille des terpènes : le lycopène. Ce caroténoïde que notre organisme est incapable de fabriquer aurait des vertus sur la prévention de certains cancers et en particulier celui de la prostate et inhiberait la croissance des cellules cancéreuses. La très sérieuse revue scientifique « J. Natl Cancer Inst » rapporte qu’après trois semaines de prise de 30 mg de lycopène (soit environ 200 ml de sauce ou de jus de tomate), on a observé chez des hommes atteints de cancer de la prostate une nette diminution de la grosseur et de la virulence de leur tumeur. Une autre étude a mis en évidence que la prise de 50 mg de lycopène élevait les niveaux d’une protéine, la connexine 43, qui inhibe la croissance des cellules cancéreuses en les forçant à se différencier et à mourir. Notons toutefois que le lycopène ne serait assimilable par l’organisme que lorsque le végétal, surtout la tomate, est cuit et accompagné d’un filet d’huile qui en optimise l’absorption.

Graines de courge : l'anti-inflammatoire de la prostate.

graines_courgeLes graines de courge donnent une huile très prisée par les phytothérapeutes pour ses propriétés anti-inflammatoires spécifiques de la prostate. Ces graines présentent en outre une forte teneur en phytostérols, qui vont entrer en compétition avec les androgènes au niveau des récepteurs empêchant ainsi leur action sur les cellules. On peut les utiliser telles quelles, concassées ou moulues. Grillées à sec – elles sont déjà assez grasses – dans une poêle, elles peuvent être incorporées dans une salade verte, avec des raisins secs et des herbes fraîches.

L'avoine pour la libido.

wheatL’avoine (avena sativa) est un stimulant général, surtout utilisé pour son impact sur la qualité de l’érection. Son action consisterait à libérer la testostérone qui, avec l’âge, aurait tendance à rester prisonnière dans les liaisons protéiques, ce qui la rend moins disponible.

 

L'échalotte réduit le risque de cancer.

echalotteParfumez et aromatisez votre cuisine sans modération avec de l’ail, de l’oignon, de l’échalote, mais aussi de la ciboulette et du poireau. En effet, selon une étude publiée en 2003, l’allicine contenue dans ces aromates aurait la capacité de diminuer le risque de cancer de la prostate. L’échalote aurait même en ce domaine précis une action protectrice supérieure à celle de l’ail…

La framboise inhibe les cellules cancéreuses.

raspberryLes framboises, les fraises, les mûres, le cassis, les grenades, les noix et les noisettes contiennent un précieux acide phénolique, l’acide ellagique doté d’un fort potentiel anti-cancérogène. Mais c’est uniquement dans les framboises que l’on a pu démontrer la biodisponibilité de ce polyphénol. L’acide ellagique permet l’inhibition de la croissance des cellules cancéreuses prostatiques et provoquerait même l’apoptose (mort naturelle programmée) de ces cellules. Une étude citée dans le journal « Food chem. Toxicol » révèle que ce polyphénol diminuerait l’incidence des tumeurs en agissant sur la phase d’initialisation de la carcinogenèse.

Blé, soja, tournesol, maïs : les graines de l’hyperplasie

gros_tournesolLes germes de blé ou de soja, les huiles végétales comestibles, telles que l’huile de graines de tournesol ou de maïs contiennent un phytostérol précieux pour l’équilibre hormonal masculin : le bêta-sitostérol. Les effets de ce stérol d’origine végétale sur l’hyperplasie bénigne de la prostate ont été évalués dans de nombreuses études.

En 1999, se basant sur quatre études cliniques en double aveugle, randomisées, contrôlées par placebo et impliquant 519 hommes avec hypertrophie bénigne de la prostate, le « British journal of urology » rapportait que le bêta-sitostérol apportait une amélioration notable des problèmes urinaires. Mieux : en 2001, the « European journal of cancer prevention » rapporte qu’une alimentation riche en bêta-sitostérols inhibe la croissance des cellules cancéreuses prostatiques.

Des huiles végétales pour les acides gras essentiels

0000000Les acides gras insaturés jouent un rôle très important dans les mécanismes inflammatoires prostatiques. Selon plusieurs études, ils participeraient aussi à la réduction du volume prostatique qui accompagne l’hypertrophie bénigne de la prostate. Il est par conséquent indispensable d’en consommer sous forme végétale : huiles d’olive, de colza, de noix… mais aussi animale : poissons gras, type sardines, maquereau, saumon, qui constituent une excellente source d’oméga 3, précurseurs de prostaglandines anti-inflammatoires (PGE 3).

Des noix du Brésil et du thon pour le sélénium.

thon-rougeLe sélénium joue un rôle important dans l’intégrité des spermatozoïdes et il est l’un des principaux acteurs du métabolisme de la testostérone. Plusieurs études ont mis en évidence son rôle contre le développement du cancer de la prostate dans une population supplémentée. Attention cependant : à fortes doses, cet oligo-élément devient toxique et peut provoquer des convulsions. Prenez conseil auprès de votre médecin-traitant ou de votre thérapeute.               www.soignez-vous.com

 

Associés, ces nutriments spécifiques de la prostate agiront en synergie et permettront non seulement de soulager les symptômes d’une hyperplasie prostatique, mais aussi d’espérer limiter la croissance des cellules cancéreuses de cet organe et même d’en prévenir l’apparition. À condition de privilégier une cuisine plutôt crue que cuite, avec des aliments frais. D’abandonner les viandes au profit des poissons gras sauvages et des volailles. Et d’éviter les aliments accélérateurs de vieillissement comme les céréales raffinées et enrichies en fer, le pain blanc, les brioches et autres viennoiseries (acides gras trans)

Quelques plantes et nutriments bons pour la prostate.

- Epilobe, palmier nain, pollen frais de ciste (Percie du Sert), ortie, zinc (légumineuses), séquoia, lécithine de soja, levure de bière, propolis, champignons médicinaux spécifiques,

Par ailleurs, il est impératif de limiter voire de supprimer radicalement, en cas de problèmes déclarés ou en prévention, les viandes rouges et les produits laitiers (beurre, yaourts, fromages, lait...). Faire vérifier par votre ostéopathe les vertèbres L3, L4, D12 qui peuvent être à l'origine de dysfonctionnements urinaires ou prostatiques.

Avertissement : toute auto-médication peut être dangereuse. Les conseils donnés ci-dessus ne sauraient se substituer aux conseils de votre médecin.

Par ailleurs, si vous souhaitez entreprendre une thérapie complémentaire, il est indispensable de procéder à un bilan de vitalité préalable (bilan iridologique) que votre naturopathe peut vous proposer.

Voici un lien intéressant qui bouscule certaines idées-reçues :

http://www.atoute.org/n/article108.html

Bibliographie :

"Guérissez naturellement votre prostate : Un programme révolutionnaire pour prévenir et traiter les problèmes de prostate les plus courants" Mike Fillon et Emmanuelle Nicolas. Editions LMV.

Consultations en Naturopathie et Iridologie : 04 67 55 57 65 ou Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 
Jérôme d'Arcy
Immeuble Le Nemo
1086, Av. Albert Einstein
34000 Montpellier
Tél: 06 14 77 16 87
Me contacter par Email